La révolution de la ménopause en Afrique

Dans les pays africains, les femmes sont en train de mener une véritable révolution en ce qui concerne la ménopause. Fatiguées de la stigmatisation qui l’entoure et frustrées par le manque d’informations et le désintérêt de la profession médicale, elles prennent la parole, créent des groupes de soutien, mettent en place des formations en entreprise et abordent même la question au parlement.

Lackmil Kitenge, une militante congolaise, qui anime un podcast sur la ménopause, encourage les femmes à se joindre à ce mouvement qui ne cesse de grandir. Elle souhaite que la ménopause soit reconnue comme un phénomène ayant de profondes conséquences pour les femmes et pour la société qui les entoure.

Ce mouvement s’étend également en Asie et en Amérique latine où les femmes remettent en question les préjugés qui entourent le vieillissement. Maria Gomez de Bogota témoigne: “La ménopause est une étiquette qui signifie que vous êtes vieille, et c’est comme la mort pour une femme brésilienne.” Cependant, elle a trouvé un réseau en ligne d’influenceuses qui parlent ouvertement de leur expérience et cela l’a beaucoup aidée.

Le nombre de femmes ménopausées augmente partout dans le monde. En 2021, les femmes de 50 ans et plus représentaient 26% de toutes les femmes et filles dans le monde, contre 22% dix ans plus tôt. Pourtant, elles sont peu nombreuses à recevoir les conseils et les soins dont elles ont besoin.

Nous avons interrogé six femmes sur leurs expériences et les changements qu’elles souhaitent voir. Par exemple, Eugénie Mbemba, une Camerounaise de 55 ans, partage les symptômes qui la perturbent le plus : les bouffées de chaleur, les sueurs nocturnes, la sécheresse vaginale, la perte de libido, la fatigue et la prise de poids. Elle demande plus de sensibilisation et d’informations sur la ménopause.

En Afrique, la ménopause reste souvent un sujet tabou. Les femmes sont souvent confrontées à l’ignorance et à la gêne lorsqu’elles essaient d’en parler à leur entourage ou à des professionnels de santé. C’est pourquoi les réseaux sociaux jouent un rôle crucial en offrant un espace d’échange et d’information. Des influenceuses comme Aïssatou Sow partagent ouvertement leur expérience et encouragent les femmes à briser le silence.

La révolution de la ménopause en Afrique est en marche. Les femmes refusent d’être marginalisées et cherchent à faire reconnaître cette étape de leur vie comme un sujet important et digne d’intérêt. Il est temps que la société écoute et soutienne ces femmes dans leur quête de compréhension et de bien-être pendant la ménopause.

Section FAQ:

1. Qu’est-ce que la révolution de la ménopause en Afrique ?
La révolution de la ménopause en Afrique fait référence au mouvement croissant des femmes africaines qui remettent en question la stigmatisation et le manque d’informations entourant la ménopause. Elles cherchent à faire reconnaître cette phase de leur vie comme un sujet important et digne d’intérêt.

2. Quelles actions sont entreprises par les femmes africaines pour faire avancer cette révolution ?
Les femmes africaines prennent la parole, créent des groupes de soutien, mettent en place des formations en entreprise et abordent même la question de la ménopause au parlement. Elles utilisent également les réseaux sociaux comme espace d’échange et d’information.

3. Quels sont les témoignages des femmes qui rejoignent cette révolution ?
Les femmes ont exprimé des symptômes perturbants tels que les bouffées de chaleur, les sueurs nocturnes, la sécheresse vaginale, la perte de libido, la fatigue et la prise de poids. Elles demandent plus de sensibilisation et d’informations sur la ménopause.

4. Pourquoi la ménopause est-elle considérée comme un sujet tabou en Afrique ?
La ménopause est souvent considérée comme un sujet tabou en Afrique en raison de l’ignorance et de la gêne qui entourent ce sujet. Les femmes rencontrent des difficultés à en parler à leur entourage ou à des professionnels de santé.

Definitions:
– Ménopause: La ménopause est une étape naturelle de la vie d’une femme où elle cesse d’avoir ses règles et ne peut plus tomber enceinte. Elle survient généralement entre 45 et 55 ans.
– Stigmatisation: La stigmatisation fait référence à l’action de discriminer, exclure ou ostraciser une personne ou un groupe en raison de caractéristiques ou de circonstances particulières.
– Symptômes: Les symptômes désignent les signes physiques ou mentaux qui peuvent indiquer la présence ou l’expression d’une maladie ou d’un trouble.

Suggested related links:
Organisation mondiale de la Santé
Fédération internationale de gynécologie et d’obstétrique
Fonds des Nations Unies pour la population