La nécessité de s’attaquer au problème des sans-abri

Un matin, alors que je me dirigeais vers l’entrée de Walmart, je me suis approché d’un homme assis sur un banc et lui ai demandé s’il allait bien. J’ai rapidement compris qu’il s’agissait d’un homme sans-abri, semblable à moi en âge (Génération X).

Je lui ai proposé de lui acheter quelque chose à manger et de partager ce repas avec lui. Au cours de notre discussion, j’ai appris qu’il avait choisi de se rendre du côté de Puainako pour échapper aux harceleurs présents à l’arrêt de bus. Il m’a également parlé d’un sans-abri continental qui avait perdu la vie sous la pluie, et de la réaction tardive des autorités locales.

Tout ce que demandent les sans-abri, selon lui, c’est un endroit sûr pour passer la nuit, avec des toilettes et de l’eau pour se laver. Pendant la journée, ils se dispersent et font ce qu’ils doivent faire, mais ils ont besoin d’un endroit où dormir en toute sécurité.

Quant aux harceleurs, il s’agit de quelques individus sans respect, appartenant à une génération plus jeune. Ils rendent la survie plus difficile en bas. Ils participent à des jeux d’argent, se battent, volent et laissent des déchets partout, y compris des matières fécales.

Intrigué par ses paroles, j’ai décidé de me rendre au terminal de bus de Mo’oheau pour voir de mes propres yeux. Et là, j’ai pu constater que son récit était vrai. Les voitures stationnées avaient été remplacées par des tables en plastique où les gens préparaient tranquillement leur nourriture.

Ma rencontre avec cet homme a eu lieu une semaine avant le décès de Jimmy Kaneala Clifford Carmichael, un sans-abri de 34 ans, au terminal de bus de Mo’oheau, ainsi que l’action menée pour faire respecter les règles du parc les 18 et 19 janvier.

J’ai lu dans le journal du 21 janvier que qu’une femme sans-abri avait accouché sur le trottoir. La question de l’itinérance et de la santé mentale est un problème sérieux qui doit être abordé avec humanité.

Il n’est pas question ici de juger les mesures prises par les autorités pour nettoyer la zone. C’était une solution temporaire qui s’imposait.

Je suis encouragé à faire partie de la solution. Comment puis-je aider?

Denby Toci
Kurtistown

FAQ section:
1. Q: Qui sont les sans-abri ?
R: Les sans-abri sont des personnes qui n’ont pas de domicile fixe et vivent dans la rue.

2. Q: Quelles sont les principales difficultés rencontrées par les sans-abri ?
R: Les sans-abri font face à de nombreuses difficultés, notamment le manque de logement sûr pour passer la nuit, l’accès aux toilettes et à l’eau pour se laver, ainsi que les harcèlements et les violences commis par certaines personnes.

3. Q: Qu’est-ce que les sans-abri demandent comme aide ?
R: Les sans-abri demandent principalement un endroit sûr pour passer la nuit, avec des installations sanitaires disponibles.

4. Q: Quels sont les problèmes liés à l’itinérance et à la santé mentale ?
R: L’itinérance et la santé mentale sont des problèmes sérieux qui sont souvent liés. De nombreux sans-abri souffrent de problèmes de santé mentale non traités.

5. Q: Comment puis-je aider ?
R: Vous pouvez aider en soutenant des organisations qui travaillent à fournir des abris, des soins de santé et des services aux sans-abri. Vous pouvez également sensibiliser les autres à cette problématique et offrir votre soutien à ceux dans le besoin.

Definitions:
– Sans-abri: personnes qui n’ont pas de domicile fixe et vivent dans la rue.
– Harceleurs: individus sans respect qui rendent la survie des sans-abri plus difficile en les harcelant, en participant à des activités illégales, etc.
– Matières fécales: déchets corporels solides, comme les excréments humains.

Suggested related link: Walmart.