Dans le cadre de la conférence conjointe organisée par le journal allemand WELT et le Jerusalem Post à Berlin, deux discussions de panel ont été consacrées à l’antisémitisme et aux réactions face à ce phénomène préoccupant.

Le premier panel, animé par Jennifer Wilton, rédactrice en chef du DIE WELT, réunissait le rabbin Pinchas Goldschmidt, le Dr Felix Klein, commissaire du gouvernement fédéral pour la vie juive en Allemagne et la lutte contre l’antisémitisme, le professeur Michael Wolffsohn, historien germano-juif, et Michal Cotler-Wunsh, envoyée spéciale de lutte contre l’antisémitisme pour l’État d’Israël.

Au lieu de citer une déclaration spécifique, nous soulignons que Pinchas Goldschmidt a fait remarquer que l’explosion récente de l’antisémitisme était liée à des événements tragiques qui ont rappelé des pogroms du passé et ont révélé la vulnérabilité des juifs. Il a ensuite souligné l’importance de renforcer à la fois Israël et les communautés juives de la diaspora pour lutter contre l’antisémitisme.

Michal Cotler-Wunsh a décrit la situation actuelle comme un moment critique pour Israël et le peuple juif, mais a tenu à souligner que ce n’était en aucun cas comparable à ce qui s’est passé pendant l’Holocauste. Elle a souligné la présence d’un État, d’une souveraineté et d’une armée qui défendent le peuple juif.

Le Dr Felix Klein a reconnu l’augmentation significative des incidents antisémites en Allemagne, tout en notant que les mesures mises en place pour lutter contre l’antisémitisme se sont avérées efficaces. Il a souligné la nécessité de renforcer les communautés juives et de prévenir l’antisémitisme.

Le professeur Michael Wolffsohn a été plus pessimiste, soulignant que malgré les efforts déployés à différents niveaux, la situation des Juifs en Allemagne et dans les pays de la diaspora s’est détériorée. Il a noté que bien que le gouvernement allemand lutte activement contre l’antisémitisme, il ne parvient pas à contrer l’approche anti-israélienne et antisémite de la société allemande, ce qui entraîne une violence anti-juive et anti-israélienne.

Le deuxième panel, intitulé “Réactions”, a été animé par Tatjana Ohm, rédactrice en chef de WELT, et a réuni Amir Gross Kabiri, président de la communauté juive de Mostar, en Bosnie-Herzégovine, le Dr Josef Schuster, président du Conseil central des Juifs en Allemagne, et Aaron Sagui, chef adjoint de la mission de l’ambassade d’Israël à Berlin.

Amir Gross Kabiri a souligné l’importance de la liberté d’expression pour lutter contre l’antisémitisme et a encouragé les Juifs à ne pas avoir peur et à se battre pour leurs droits. Le Dr Josef Schuster a parlé de l’antisémitisme en Allemagne et a souligné la nécessité d’éduquer les jeunes enfants dès leur plus jeune âge pour lutter contre cette haine. Aaron Sagui a souligné les progrès réalisés par le gouvernement allemand dans la lutte contre l’antisémitisme et a exprimé sa confiance dans l’avenir juif.

En conclusion, cette conférence a mis en évidence le besoin urgent de renforcer les communautés juives et de lutter de manière proactive contre l’antisémitisme. Il est essentiel que les gouvernements, les institutions et les individus continuent de travailler ensemble pour garantir la sécurité et le bien-être des Juifs en Allemagne et dans le monde.

Section FAQ :

Q1: Qu’est-ce que la conférence conjointe organisée par WELT et le Jerusalem Post à Berlin ?
R: La conférence conjointe est une réunion organisée par le journal allemand WELT et le Jerusalem Post à Berlin, regroupant des experts pour discuter de l’antisémitisme et des réactions face à ce phénomène préoccupant.

Q2: Qui a participé au premier panel de la conférence ?
R: Le premier panel était animé par Jennifer Wilton, rédactrice en chef du DIE WELT, et rassemblait le rabbin Pinchas Goldschmidt, le Dr Felix Klein, commissaire du gouvernement fédéral pour la vie juive en Allemagne et la lutte contre l’antisémitisme, le professeur Michael Wolffsohn, historien germano-juif, et Michal Cotler-Wunsh, envoyée spéciale de lutte contre l’antisémitisme pour l’État d’Israël.

Q3: Qu’elle était l’opinion de Pinchas Goldschmidt concernant l’antisémitisme ?
R: Pinchas Goldschmidt a souligné que l’explosion récente de l’antisémitisme était liée à des événements tragiques rappelant les pogroms du passé et révélant la vulnérabilité des juifs. Il a ensuite souligné l’importance de renforcer à la fois Israël et les communautés juives de la diaspora pour lutter contre l’antisémitisme.

Q4: Quelle était la position de Michal Cotler-Wunsh concernant l’antisémitisme ?
R: Michal Cotler-Wunsh a décrit la situation actuelle comme un moment critique pour Israël et le peuple juif, mais a souligné qu’elle n’était en aucun cas comparable à ce qui s’est passé pendant l’Holocauste. Elle a souligné la présence d’un État, d’une souveraineté et d’une armée qui défendent le peuple juif.

Q5: Quels sont les renseignements fournis par le Dr Felix Klein sur l’antisémitisme en Allemagne ?
R: Le Dr Felix Klein a reconnu l’augmentation significative des incidents antisémites en Allemagne, tout en notant que les mesures mises en place pour lutter contre l’antisémitisme se sont avérées efficaces. Il a souligné la nécessité de renforcer les communautés juives et de prévenir l’antisémitisme.

Q6: Quel est l’avis du professeur Michael Wolffsohn sur la situation des Juifs en Allemagne ?
R: Le professeur Michael Wolffsohn a été plus pessimiste, soulignant que malgré les efforts déployés, la situation des Juifs en Allemagne s’est détériorée. Il a noté que le gouvernement allemand lutte activement contre l’antisémitisme, mais ne parvient pas à contrer l’approche anti-israélienne et antisémite de la société allemande, ce qui entraîne une violence anti-juive et anti-israélienne.

Q7: Qui a participé au deuxième panel de la conférence ?
R: Le deuxième panel était animé par Tatjana Ohm, rédactrice en chef de WELT, et rassemblait Amir Gross Kabiri, président de la communauté juive de Mostar en Bosnie-Herzégovine, le Dr Josef Schuster, président du Conseil central des Juifs en Allemagne, et Aaron Sagui, chef adjoint de la mission de l’ambassade d’Israël à Berlin.

Q8: Quelle était l’opinion d’Amir Gross Kabiri concernant la lutte contre l’antisémitisme ?
R: Amir Gross Kabiri a souligné l’importance de la liberté d’expression pour lutter contre l’antisémitisme et a encouragé les Juifs à ne pas avoir peur et à se battre pour leurs droits.

Q9: Comment le Dr Josef Schuster pense-t-il qu’il faut lutter contre l’antisémitisme en Allemagne ?
R: Le Dr Josef Schuster a parlé de l’antisémitisme en Allemagne et a souligné la nécessité d’éduquer les jeunes enfants dès leur plus jeune âge pour lutter contre cette haine.

Q10: Quels sont les progrès mentionnés par Aaron Sagui dans la lutte contre l’antisémitisme en Allemagne ?
R: Aaron Sagui a souligné les progrès réalisés par le gouvernement allemand dans la lutte contre l’antisémitisme et a exprimé sa confiance dans l’avenir juif.

Q11: Quel est le message concluant de la conférence ?
R: En conclusion, la conférence a mis en évidence le besoin urgent de renforcer les communautés juives et de lutter de manière proactive contre l’antisémitisme. Il est essentiel que les gouvernements, les institutions et les individus continuent de travailler ensemble pour garantir la sécurité et le bien-être des Juifs en Allemagne et dans le monde.

Définitions clés :

– Antisémitisme : Hostilité, préjugés ou discriminations envers les Juifs.
– Pogroms : Violences organisées, attaques et pillages dirigés contre une communauté, en particulier les Juifs.
– Diaspora : Dispersion d’un peuple d’origine dans différents pays.

Liens connexes :

WELT
The Jerusalem Post